Si vous me suivez sur ma chaîne YouTube, vous avez peut-être regardé ma série de Hair Vlogs, des vidéos ou je montre l’évolution de mes cheveux – et plus si affinités – chaque semaine. En tout cas, j’essaie. Dans le dernier épisode ci-dessous, je vous parle de mon expérience avec le port de l’afro (ou cheveux libres) durant l’hiver au Québec.

Porter ses cheveux crépus, sans coiffure protectrice, durant le mois le plus froid de l’année: une idée terrible, non?

 

 

Cette année, l’hiver au Québec a particulièrement été éprouvant, mais heureusement, le mois de février n’était pas le pire qu’on ait connu. Mais je ne suis pas là pour vous parler de météo, mais bien de comment mon afro a réagi à cette météo. On nous rabâche les oreilles avec les coiffures protectrices – moi la première, et pour une bonne raison.

Mais, je commençais à en avoir marre de ma coiffure protectrice de prédilection: les twists. J’adore les twists, leur versatilité, leur simplicité et neuf fois sur dix, c’est la coiffure que je fais après mon shampoing.

C’est sans compter les twist-out, impossibles à réaliser sans mes chères twists! Mais étrangement au début de cette année, j’en ai eu marre. Marre du look, marre de toujours faire la même chose. J’avais envie de porter mon afro sans me soucier de tous ces impératifs de protection capillaire. « Mais Nel, tu es censé nous montrer l’exemple…» Que voulez-vous, je ne suis pas parfaite.

 

Je me suis donc fait cobaye durant le mois de février. Serait-ce si catastrophique si je portais mon afro au vent pendant l’hiver? J’ai commencé par me faire faire un blow-out (brushing) pour un événement. À partir de là, j’ai porté mes cheveux en twist-out pendant les 28 jours du mois. Quand je lavais mes cheveux, je faisais un twist-out dès le lendemain et je laissais ma tignasse évoluer en afro pendant toute la semaine. Je me suis même trouvé une nouvelle coiffure signature simple à faire pour recycler mon afro trop sec: un puff de côté!

 

Alors, le bilan de ce mois de liberté, sans mes twists protecteurs?

Aucune surprise: mes cheveux étaient plus secs que d’habitude. Comme vous le savez sans doute, garder nos cheveux crépus constamment exposés aux intempéries rend les pointes très sèches et cassantes, et crée également beaucoup de noeuds qui sont très difficiles à démêler par la suite. Le démêlage ardu entraîne souvent de la frustration… et cette frustration nous rend plus agressive avec le démêlage.

D’après mon expérience passée, le démêlage agressif contribue énormément à la casse des cheveux (surtout s’ils sont secs) et nous rend aussi impatiente avec nos cheveux.

 

Donc la conclusion? C’était fun de porter mon afro libre, mais j’ai eu les cheveux beaucoup plus secs que d’habitude. Ils étaient aussi assez durs à manipuler après quelques jours, parce que je devais mettre plus de crème hydratante pour diminuer la sécheresse. Et comme mes cheveux sont peu poreux, ils étaient vite surchargés de produits, ce qui les rendait aussi secs et durs.

Heureusement, je n’ai pas constaté plus de casse, ce qui veut dire que la structure de mes cheveux tient encore bon (merci, soins fortifiants!)

 

Shares

 

En gros, je dirais que l’afro et les températures polaires ne font vraiment pas bon ménage. Si vous vivez dans un pays chaud, je vous envie! Alors en attendant l’arrivée de l’été, je vais me remettre à mes coiffures protectrices sagement. Chères twists, je n’ai plus rien contre vous.

 

Et vous, portez-vous souvent vos cheveux libres? Expérimentez-vous plus de casse ou de noeuds?

Pin It on Pinterest