En réponse à mes amies québécoises qui ont réagi face à mon projet:
@ Vanessa: Pourquoi n’ai-je pas laissé mes cheveux naturels depuis tout ce temps? Même si j’ai toujours aimé avoir les cheveux frisés, les cheveux crépus étaient un calvaire pour moi depuis l’enfance à cause de la manière dont je me faisais coiffer. C’était dur à démêler et ma mère n’était pas très tendre. Bref, n’ayant pas eu une éducation sur comment en prendre soin, je me suis mise à la permanente comme tout le monde (ou plutôt ma mère m’a emmenée chez le coiffeur juste avant que je rentre au secondaire, pour que j’ai une tête de « jeune fille »). J’avais déjà demandé à ma mère comment faire pour retourner aux cheveux crépus et évidemment elle m’a dit d’un air fataliste « IL FAUT COUPER » et moi je n’étais pas prête à ce sacrifice, j’aimais beaucoup les cheveux longs et soyeux…


@ Jessica: Que font les afro-québécoises en dehors de Montréal? C’est vrai qu’il peut y avoir des filles noires qui vivent en dehors de Montréal, dans ce cas, il leur faudra faire des recherches pour trouver des magasins de produits naturels, et ça je crois qu’il y en a dans les endroits habitables du Québec. Ce que j’ai découvert c’est qu’avec les cheveux crépus, on peut faire toutes sortes de recettes naturelles donc, ça ne doit pas être aussi dur de trouver les ingrédients comme les huiles, etc. Sinon, vivant au XXIe siècle, par miracle, internet existe. Sur e-bay, il est possible de commander des shampooings, du beurre de karité, des lotions et tutti quanti.
Merci de vos réactions! Continuez de m’en faire part!
Ne soyez pas timides, laissez moi vos commentaires!

PS-
Merci à mon Prince Charmant de ne pas être trop effrayé par mon projet et de ne pas m’en dissuader! : )

Contenu lié

Pin It on Pinterest