Mon histoire…
Vous connaissez l’expression « pè peny« ? En créole haïtien, ça veut dire « avoir peur du peigne ». Pas étonnant que petite fille, j’étais terrorisée par la séance de coiffure: cris, larmes, douleur. La raison? Shampoings avec des produits inadaptés, démêlage à sec, coiffure quotidienne, mais surtout le manque d’éducation sur les soins à apporter aux cheveux crépus. Arrive l’adolescence… et la permanente (défrisant). Quel ravissement, cette première permanente! J’étais enfin rendue une grande,  avec des vrais cheveux raides, juste à temps pour l’entrée au secondaire.

Enfin. Les années ont passé, permanente après permanente. Shampoings décapants, séchages au sèche-cheveux, aucune hydratation ni notion de soins capillaires… Puis, j’ai commencé à payer moi-même mes permanentes. 55 à 65$ toutes les six semaines. Vu que ça coûtait moins cher pour les cheveux courts, vous comprenez pourquoi, pendant 3-4 ans, mes cheveux n’ont fait que raccourcir! J’ai aussi essayé deux fois les tresses (pas mal) et une fois les extensions (jamais plus!) Arrive un moment où je me demande vraiment pourquoi je fais tout ça, où j’entends India.Arie chanter « I am not my hair », où je me rends compte que je déteste aller m’asseoir dans un salon me faire appliquer quelque chose qui sent la crème d’épilation et qui me brûle le fond de la tête… Et c’est là que j’ai découvert « l’univers Nappy ». Vous savez la suite.
Donc depuis plus de deux semaines, j’ai les cheveux courts comme un garçon, plus courts que mon frère! J’ai reçu beaucoup de compliments, plusieurs trouvent ça joli, voilà, je suis rassurée. Côté coiffure et soin, j’ai pu constater par moi-même que l’hydratation est primordiale! Pour ne pas sentir de nœuds (car je sens le besoin de coiffer quand même quelques matins) je vaporise mon mélange d’eau et d’huile d’amande douce. C’est pas trop désagréable ni trop lourd ou huileux. J’ai aussi essayé un masque (miel, huile d’avocat, beurre de karité- je vous donnerai des recettes quand je serai plus avancée), mes cheveux sont tout doux!

C’est vraiment spécial d’apprendre à découvrir une nouvelle texture depuis longtemps détestée! À moi de créer mon propre style!
Ma routine…
Je vous présente ce que j’adopte comme routine pour l’instant depuis mon retour au naturel. Il y a encore de l’évolution à mesure que j’apprends, que mes cheveux poussent, bref, c’est vraiment temporaire, mais si ça peut aider certaines… je précise également que j’en fais encore un minimum pour l’instant, étant donné que je ne suis pas habituée à toutes les recettes et techniques.
– Shampoing: je lave environ deux fois semaine, avec un conditionner hydratant (pour l’instant j’en alterne 2 pour voir celui que je préfère). Parfois j’utilise également un shampooing bio, sans produits décapants (SLS et silicones), mais j’utilise l’après-shampoing revitalisant de la même gamme.
– Je laisse sécher à l’air libre.
– Je vaporise matin et soir un mélange d’eau et d’huile d’amande douce.
– Avant de dormir j’attache un foulard soyeux autour de ma tête garder l’hydratation.
– Le matin je vaporise, puis je coiffe un peu pour donner du volume. J’utilise un peigne à dents larges (et non mes doigts, car mes cheveux sont encore trop courts pour prendre forme juste avec mes doigts)
– J’utilise aussi le Olive Creme Hairdresser de Hollywood Beauty quand mes cheveux sont secs, c’est vraiment très bien, sauf pour l’odeur.
– Je met parfois une noisette de beurre de karité après après vaporisé avant le dodo.

Ça vous semble beaucoup de choses? Songez que je ne fais pas tout ça d’un seul coup, j’y vais plus au « feeling » comme on dit. Si vous êtes plus « expérimenté(e) » n’hésitez pas à me proposer des trucs dans les commentaires, je suis très ouverte!
Presque trois mois sans permanente. Pour l’instant ça va bien, et devinez quoi? Ça pousse!
Shares

Contenu lié

Pin It on Pinterest