Je m’étais juré de garder ça pour moi, de ne pas faire beaucoup de bruit pour rien et une montagne avec pas grand chose, mais non, je ne peux pas m’en empêcher, il faut que j’en parle. À quoi ça sert d’avoir son propre blog si je peux pas bitcher m’exprimer de temps en temps? Contexte : le bureau, à l’heure du diner. Participants : moi et d’autres collègues. On parle de cheveux, comme ça (étrange, depuis que j’ai changé de tête, la conversation s’arrête souvent sur les cheveux au bureau ou à l’école et ça commence souvent par « ils sont beaux tes cheveux, Nel »). Et là j’ose poser la question qui tue à Miss Weaves qui a encore changé de tête : « Tu as une coiffeuse dans ta famille? Parce que tu changes souvent de coiffure! ». Non, je paie, qu’elle répond. 100$ aux trois semaines pour changer d’extensions. Recontextualisons : Miss Weaves est une étudiante de 21 ans qui a un emploi à temps partiel. Elle étale le tiers de son salaire sur sa tête chaque mois. Ok jusque là, j’ai rien à dire, on a vu plus extraordinairement pire en matière d’économie déficiente. Mais quand je lui ai dit que j’avais pas tout ça à investir dans mes cheveux, et que tant qu’à payer une centaine de dollars, je les garderais un peu plus longtemps que trois semaines, elle a réagi : ah non, c’est trop laid, et je cite « Je sais que toi tu t’en fous mais pour moi…  Et voilà la réplique assassine : Toi tu t’en fous, en regardant direct mes cheveux crépus en twist-out. Traduction : Toi tu t’en fous d’avoir l’air moche avec tes cheveux crépus-là, c’est vraiment n’importe quoi ton truc, mais pour moi c’est important d’avoir les cheveux longs, ça fait plus professionnel…
J’ai rien répondu, j’ai roulé des yeux à l’intérieur. Pas la peine de partir une guerre des plus beaux cheveux. Pas la peine de créer une grosse histoire pour ça, après tout c’est juste des cheveux, non? Mais la frustration est restée. J’aime pas dire « j’ai raison et toi t’as tort » de façon catégorique. Les gens font bien ce qu’ils veulent. Mais quand même, voilà ce que j’aurais du répondre : T’as raison, je me fous de ne pas dépenser 1200$ par année dans du fil synthétique, je préfère mettre ça dans mes études, ou je sais pas, dans un voyage, quelque chose qui ouvre mes horizons, chose que tu évites de faire parce que tu m’as avoué y a pas longtemps ne même pas savoir ce qui séparait le Canada des États-Unis, et je me fous aussi de pas avoir une grosse couture sur la tête (ta coiffeuse a même pas caché les tracks de ton weave sur le dessus de ta tête, oui oui on VOIT que c’est FAKE) et je me fous de pas avoir vu tes vrais cheveux depuis les six mois qu’on se connait parce que t’as TOUJOURS des weaves ou des micro-braids, et ça me manquera pas du tout d’être à moitié chauve à 35 ans. Voilà, je m’en fous et mes cheveux sont meilleurs que les tiens. Bon. 
Photos: la coiffure qui me donne l’air moche auprès de Miss Weaves


***Update***:
Miss Weave et moi on s’entend pas vraiment. Y a pas d’animosité mais c’est vraiment pas le grand amour comme avec mes autres collègues. Qu’est-ce que tu veux, on peut pas avoir d’atomes crochus avec tout le monde. Mais hé, elle m’a fait un premier compliment l’autre jour. Elle a dit « c’est beau » en regardant mes cheveux. Ouais….je portais ma demie-perruque pour la 1e fois au travail parce que je manquais de temps cette semaine-là. Soupirs….

***Update #2***
Miss Weave a fini par tout à fait cesser de m’adresser la parole peu avant sa démission de son emploi. Officiellement, c’est la première ennemie que je me fais à cause de mes cheveux naturels (du moins en grande partie). Qui l’eut cru.

Shares

Contenu lié

Pin It on Pinterest