En tant que femme, blogueuse, et nord-américaine, je suis souvent amenée à consommer des produits de beauté qui sont carrément du luxe quand on sait relativiser. Je suis une personne qui réfléchit énormément, parfois trop, et qui est sensible à la situation des autres, ailleurs dans le monde. Surtout quand je me remémore d’où je viens. 
La superficialité me rend très mal à l’aise, de même que l’affichage gratuit de l’opulence occidentale. Je suis parfois au bord de tout abandonner, blog, vidéos, car c’est difficile pour moi de composer avec cette dualité: ma passion pour l’écriture, pour l’entretien d’une certaine féminité, et ma sensibilité au dépouillement d’autrui. Je voudrais changer le monde, mais je ne peux pas.
On peut lire dans le magazine Châtelaine de janvier un beau reportage sur Haïti, et ses femmes, qui s’évertuent à rester belles, malgré la poussière (à lire ici). Cet article m’a touché et m’a amené à réfléchir. Ça y est, je me rappelle pourquoi j’aime tant écrire, et sur un ou des sujets qui peuvent paraître si futiles. Paradoxal, ces femmes qui font tout pour briller malgré la poussière, la saleté environnante? La coquetterie n’a-t-elle donc pas de limite? Pourquoi accorder tant d’importance à la beauté?

Tout simplement parce qu’elle fait du bien. Non pas la beauté à tout prix, pas celle qui masque le naturel au lieu de le rehausser, pas celle qui défigure au lieu d’illuminer, pas celle qui se veut uniforme et déshumanisée, mais celle qui met un baume dans le coeur quand tout le reste ne va pas trop bien, celle qui est se manifeste sous mille et une formes et qui donne l’occasion à toutes les femmes de se sentir bien dans leur peau.


Ce billet, j’ai eu de la difficulté à l’écrire, car je n’arrivais pas à cerner complètement ce que je voulais exprimer. Les idées s’enchevêtraient dans ma tête sans arriver à une conclusion. Finalement, je pense avoir trouvé quelque chose.

Je pense que la beauté est une question d’attitude avant tout. Est-ce qu’acheter une crème anti-âge à 75$ ou un sérum capillaire à 50$ rend plus jolie? Pas vraiment. Comme tous produits de beauté, ce ne sont pas des investissements, ce sont des petits luxes, qu’il faut renouveler constamment pour constater des effets à long terme.


Des Miss Mine Antipersonnel (Miss Landmine)

Ça ne sert à rien de se couvrir de crèmes, de baumes et de fards si en-dessous, il y a une attitude égocentrique et superficielle. De simples gestes, comme nous maquiller, sont-ils pour nous réel plaisir et une occasion nous mettre en valeur, ou sont-ils le résultat d’un besoin créé de toutes pièces par les équipes marketing des cosméticiens ce monde?

Repensons un peu à ce dont nous avons réellement besoin, à ce que la beauté représente pour nous.  Il n’y a pas de morale ici, juste une petite réflexion personnelle qui a pris du temps à éclore. Et malgré tout, je ne suis pas satisfaite de ma conclusion. Que voulez-vous, la beauté est un sujet ancien, complexe et vaste, qui est encore plus compliqué de nos jours. Mais peut-être m’aiderez-vous par vos commentaires.

Pourquoi nous faut-il être belles. Comment? Pour qui? Quelle est votre attitude?

Contenu lié

Pin It on Pinterest