**Attention, article avec une avalanche de photos et de beaux visages **
Pour la première Black Fashion Week de Montréal, on a voulu faire grand. C’est donc dans la magnifique Église Saint-Jean Baptiste que la grand-messe fashion a installé ses pénates pour deux soirées religieusement glamour. Sommes toutes, la première de ces soirées s’est très bien déroulée, malgré quelques ratés. 
Au cas où vous ne sauriez pas, je déteste quand un événement commence en retard. Une heure en retard. Vous, les fashionistas aguerries, vous me direz si c’est chose courante pour les défilés. Moi je ne sais pas, je suppose que si. C’est donc en essayant de faire taire mon ventre en colère que j’attendais patiemment que les festivités commencent avec la prestation de Nicole Musoni
Enfin, vers 7h30, la musique a résonné sur le transept et Nicole a fait son show sous l’oeil meurtri du Christ crucifié derrière elle. Et là, le son était mauvais. Ok, pas mauvais. Affreux. Même Jésus devait souffrir un peu plus sur sa croix. Père, pardonnez-leur car ils ne savent pas…Ok, j’arrête avec les blagues sur Jésus avant d’être foudroyée. Dommage pour l’artiste qu’on soit resté sur l’impression que sa prestation n’était que du bruit. Heureusement, je l’ai déjà entendue chanter ailleurs et je sais qu’il n’en est rien.

Passons au défilé. À tout seigneur, tout honneur: Adama Paris a lancé le bal avec ses pièces néon et fluides. J’ai adoré les tissus, le mélange subtil du traditionnel africain et de pièces plus contemporaines, très féminines. Un plus pour le choix des bijoux, clinquants à souhait.

Ensuite, au tour du designer Yves-Jean Lacasse de faire voir ses modèles masculins et féminins au couleurs plus sobres, mais très élégants. 
J’en profite ici pour spécifier qu’Yves-Jean Lacasse n’est pas  »Black ». Eh non, la Black Fashion Week n’est pas un défilé ghettoïsant, réservé aux peaux foncées. Vous remarquerez qu’il y a des mannequins et designers de plusieurs origines. Mais nous y reviendrons.

Puis, on a vu passer quelques bijoux de la gamme Luxyria. Froufrous, perles et plumes pour le bonheur des amateurs. Psss…la marque est montréalaise et vous pouvez vous procurer ses bijoux en ligne.

Ensuite, coup de coeur pour cette collection prête-à-porter d’Oscar Mendoza. C’est estival, c’est frais et plusieurs des pièces me faisaient de l’oeil. Oui, toi petite robe léopard.

Finalement, on a terminé la cérémonie avec Helmer. Franchement, c’était terrible. J’ai adoré la mise en scène des textures, la grandiloquence des morceaux, leur théâtralité. Excellent choix pour clôturer!  

J’ai bien sur fait quelques rencontres et admiré de jolies coiffures! 
Sandra
En bas: Couronne Noire, une rédactrice du magazine Brune
À gauche: hôtesse de la soirée
J’ai bien hâte à la deuxième soirée! Y étiez-vous? Qu’avez-vous aimé, ou pas?

Contenu lié

Pin It on Pinterest