Pour la 2e édition de son « Gwo show d’humour », 100% Pur Cacao, Dorothy Rhau était en forme sur les planches de l’Astral, en ce premier samedi de février. Inaugurant les activités du Mois de l’Histoire des Noirs, Dorothy a lancé la soirée en mettant le doigt directement sur un bobo qui me fait mal depuis quelques mois: le « vivre icitte« . Voyez-vous, pour les personnes comme moi, les immigrantes qui font beaucoup trop d’introspection, vient un moment où on se demande « Et moi je suis quoi au final? » Haïtienne au Québec? Québécoise d’adoption? Exilée, apatride?…Et lorsqu’on commence enfin à se sentir à l’aise et à se dire: « Je vis ici(tte), ergo, je suis Québécois(e) », il y a toujours un emmerdeur pour vous rappeler que vous êtes différent(e), et si t’es pas content(e), r’tourne donc dans ton pays!
Eh bien même Dorothy, qui est née au Québec, s’est fait rappeler qu’elle n’est pas d’icitte (le fameux mais tu viens d’où pour vrai). Que voulez-vous, on ne peut pas s’arracher la peau ou la peindre! Paradoxe, lorsqu’elle fait ses spectacles en Haïti ou au Sénégal, elle est LA Québécoise. D’ailleurs, j’en convenais avec une charmante demoiselle rencontrée lors du spectacle, il serait intéressant de voir le matériel présenté au public d’Haïti. 
De fil en aiguille, Dorothy nous a parlé de son enfance de progéniture d’immigrants à l’école, de sa mère et de ses obsessions religieuses, (celle-ci en a pris plein la gueule, comme le fameux père de Rachid Badouri). A ensuite défilé une galerie de personnages qui n’ont pas la langue dans leur poche. Dorothy en Lady Dada, la cousine diès kom* qui rêve d’être infirmière. Mémère Radote qui a sorti une vraie langue de boeuf de son cabas, mentionnant au passage la langue sale d’Éric Duhaime, qui a piétiné sans gêne les Noirs dans une récente chronique à Radio X.
Dorothy Rhau en Lady Dada
Un nouveau personnage m’a fait pleurer de rire: le Pasteur Dieuseulmevoit, le pasteur le moins crosseur en ville! Celui-ci a le a rappelé l’importance d’avoir de l’argent, alors fidèles, rendez-vous le dimanche pour lui donner sa paie et assister aux wet t-shirts baptêmes des jeunes épouses du Christ! Après cette irrévérencieuse sortie du pasteur, Kim Richardson et Gardy Fury sont venus réconcilier la salle avec Jésus en interprétant l’irrésistible hymne gospel Oh Happy Day
Parmi les autres invités de cette soirée d’humour, on peut mentionner François Massicotte, qui est peut-être venu lécher les bottes du public, composé en grande partie de Noirs, en leur disant à quel point il aimerait être Noir. Attention François, parmi les clichés vieux comme le monde que tu as sorti sur les Noirs (danse mieux, court plus vite, bête de sexe), tu as oublié oublié de mentionner que c’est pas du gâteau tous les jours! Sinon, Jocelyn Lebeau et Martin Proulx, de la websérie Jeudi 16h, ont conquis un tout nouveau public en faisant leurs hilarantes imitations de personnalités québécoises.
Dorothy Rhau
Même si les transitions entre les numéros de Dorothy et de ses invités étaient parfois bancals, et qu’à mon sens certains numéros gagnent à être rodés, le gwo show d’humour de Dorothy Rhau a réussi son pari: attirer une foule composite de gens qui vivent icitte, et qui ne veulent que rire ensemble.
* Diès kom (créole de Just come): immigrant haïtien fraîchement débarqué
Shares

Contenu lié

Pin It on Pinterest