Avertissement: ce billet contient avalanche de photos! Cliquez dessus pour les agrandir.
Pour voir le résumé de ma première et de ma deuxième semaine au Pérou, cliquez ici!
C’est déjà le moment de vous raconter ma troisième et dernière semaine au Pérou. Celle-ci s’annonçait tout aussi excitante que les deux premières, puisque j’allais enfin visiter le Machu Picchu! Mais avant, je devais passer par Cusco.
CUSCO
Cusco était surnommé « le nombril du monde » par les Incas. C’est aujourd’hui la capitale archéologique de l’Amérique. Dès l’arrivée dans la ville, on s’aperçoit que c’est une cité qui a pleinement conservé des traces de son histoire, autant pré-colombienne que coloniale. En témoignent les constructions telles que le temple Santo Domingo ou encore appelé Qoricancha: sur d’énormes blocs de pierres taillées par les Incas selon leur méthode très précise se dresse un temple espagnol. Les conquistadors ont cherché à « apprivoiser » les Incas en détournant leurs lieux de culte pour en faire des lieux chrétiens… un peu comme partout quoi. 
La partie que j’ai visitée de Cusco était tout simplement magnifique. Les rues pavées de la vielle ville, les bâtiments d’époque, les rues en escalier et étroites, la magnifique Place d’Armes, les montagnes environnantes, la vie grouillante. Le seul véritable ennui est la horde de vendeurs ambulants à qui on doit dire «No gracias» constamment. Un faible prix à payer pour profiter de cette cité incomparable! Si vous visitez cette ville un jour, préparez-vous également à être essoufflés en montant un escalier, à moins que vous soyez à l’aise à 3000 mètres d’altitude. 
PARADES et INTI RAYMI
Nous avons fait exprès de nous rendre à Cusco à cette période de juin: le 24 juin se déroule l’Inti Raymi, une fête de grande importance pour les Incas consacrée au soleil et au solstice d’hiver (aussi la St-Jean, après la conquête espagnole). Nous avons entendu dire que deux semaines avant cette date, il y avait des fêtes partout dans la ville. Comme de fait, la veille du 24 juin, nous avons assisté à une parade sur la Place d’Armes, qui ne semblait pas avoir de fin. C’était commencé avant 10h du matin, et à 22h ça se poursuivait encore…
L’Inti Raymi a été un peu plus dur pour nous à observer: des milliers d’indigènes quechuas affluent de toutes les villes environnantes pour assister à cette grande célébration, durant toute la journée. Du coup, il était difficile de voir (et de comprendre) la cérémonie qui se déroulait tellement la foule était dense. Bousculades, coups de coudes, peur de se faire vider les poches et les sacs à dos… Il y aurait eu moyen de mieux voir, en étant perché sur un toit ou en payant 200$ US… J’en retiens que c’était une cérémonie très, très colorée (les drapeaux arc-en-ciel, c’est pas pour la fierté gaie en passant, c’est le drapeau de l’Inti Raymi). La fête se poursuivait jusque tard dans la soirée.
 VALLÉE SACRÉE
Nous avons poursuivi notre périple en nous rendant dans la Vallée Sacrée le lendemain de l’Inti Raymi, dans le but de visiter le Machu Picchu le surlendemain. Cette journée était riche en visites de lieux archéologiques. Nous avons visité deux sites très bien conservés et importants: Pisac et Ollantaytambo. Je ne me souviens plus de tous les détails de la visite (déjà!) mais j’ai retenu l’importance de l’agriculture en terrasse pour les Incas, ainsi que le rôle du soleil dans leur culture et leurs croyances. C’était également impressionnant de voir certaines constructions qui semblent tout simplement défier les lois de la physique. Imaginez déplacer des blocs de pierre d’une tonne d’une montagne vers une autre montagne, sans posséder la roue. Aussi déroutant que la construction des pyramides en Égypte!

MACHU PICCHU

Vous avez sans doute déjà vu LA photo du Machu Picchu. C’est toujours la même, celle où on voit le pic rocheux au loin avec les ruines de la cité en contrebas (on peut monter sur ce pic, c’est le Huayna Picchu). C’est parce que c’est la vue qu’on a, juste à l’entrée de la cité! C’est un lieu tout simplement magique. Juste de penser à la façon dont cela a pu être construit, perché là-haut au milieu de montagnes verdoyantes… Qui y a vécu? Combien de temps? Certaines questions sont sans réponses certaines. Le site a été redécouvert il y a relativement peu de temps. Puisqu’on avait pas pris de guide, on a été libres de se promener un peu partout sur le site, sans restriction d’horaire.
Je suis donc restée plusieurs heures à me promener et à admirer le paysage. Je suis même montée à une autre entrée du Machu Picchu, la Porte du soleil, où l’on pouvait admirer le site d’encore plus haut! Parfois on avait l’impression de pouvoir toucher les nuages…Tout ce que je peux rajouter, c’est que je ne pensais pas me trouver là un jour, tellement cet endroit avait l’air…inatteignable pour moi. Je pensais qu’il fallait être tout un aventurier pour y être! Vraiment, parfois, le plus grand obstacle, c’est nous-mêmes.

Après cette journée magnifique, nous sommes retournés à Lima, malades et hyper épuisés, et où toute la malchance qu’on aurait pu avoir durant les trois semaines nous est arrivée en un jour…Mais ça c’est une autre histoire, l’important c’est que tout ce soit très bien déroulé jusqu’à la fin! Je suis donc rentrée en plein forme, avec des souvenirs plein la tête. 
Mais ce n’est pas fini! Il me reste peut-être un ou deux billets à écrire avec d’autres éléments qui vous intéressent sans doute: Combien ça coûte tout ça? Comment on s’habille et qu’est-ce qu’on mange? C’est bien, les auberges de jeunesse? Les gens sont gentils? Comment t’as fait pour tes cheveux? 

Alors, est-ce que le Pérou est sur votre liste de souhaits maintenant? 

Contenu lié

Pin It on Pinterest