Photo: Anouk Lessard pour Châtelaine. 
En janvier 2015, j’ai eu une opportunité incroyable : obtenir ma première «couverture médiatique»  dans un média de masse, le Magazine Châtelaine (Québec). Lorsque la rédactrice en chef de la section beauté m’a contacté, après être tombée sur mon blog, je ne vous cache pas que j’étais surexcitée! Je n’osais même pas trop en parler avant le jour de la séance photo, puis celle de la sortie du magazine tellement je n’y croyais pas.

Je fais partie d’un topo sur les rituels et traditions de beauté de différentes cultures: haïtienne, indienne, norvégienne, vietnamienne et grecque. Nous sommes donc cinq femmes d’horizons et d’âges divers qui avons pu nous exprimer sur ce que nous avons appris de la beauté dans nos propres entourages. 
Plutôt difficile de résumer plus d’une heure de conversation avec Sophie St-Laurent, la rédactrice beauté, mais je dois avouer qu’elle a merveilleusement bien conservé l’essentiel de mes propos dans cet article concis et très révélateur.
Si je dois être parfaitement honnête, au départ j’étais un peu inquiète à l’idée de figurer dans ce que j’imaginais être un «topo spécial beauté ethnique» car j’avais peur de perpétuer l’idée que notre beauté, dans toute sa diversité, ne se doit d’être représentée que dans des numéraux spéciaux et non faire partie d’une norme – un peu comme les numéros spéciaux «taille plus», vous voyez ? Mais au final, ça ne sort pas du tout comme ça. Non seulement ça permet au lectorat du Châtelaine d’apprendre à connaître davantage les gestes beauté de femmes différentes, mais surtout de s’apercevoir qu’au final, ce n’est vraiment pas si différent de leurs gestes beauté à elles. Bon et puis ça fait aussi de la pub pour Racines Crépues!
Photo: Anouk Lessard pour Châtelaine. Texte de Sophie St-Laurent 

À lire donc, dans le Châtelaine de mars 2015 ou en ligne ici. Encore merci à l’équipe pour cette belle expérience!

Shares

Contenu lié

Pin It on Pinterest