Femme noire portant des tresses

Aimez-vous les coiffures avec rajouts? J’avoue avoir bien du mal à m’y faire : essayer de choisir les mèches, deviner combien de paquets acheter, être prisonnière de la chaise d’une coiffeuse pendant de longues heures, grincer des dents parce qu’elle tresse trop serré… Ouf, très peu pour moi! La meilleure solution pour s’épargner ce calvaire, c’est encore apprendre à se tresser soi-même. Ou d’avoir une amie très généreuse de son temps, comme dans mon cas! Ainsi le tressage dure le temps d’une longue conversation entre copines.

 

Le lien entre les types de coiffures et l’alopécie

Il y a quelques semaines, des chercheurs de l’université américaine John-Hopkins ont livré un rapport où ils établissaient une forte association entre les coiffures qui exercent une traction sur les cheveux (weaves, lace wigs, tissages, rajouts, etc.) et l’alopécie chez les femmes noires. Jusque là, rien d’étonnant dans les résultats de cette recherche. Mais elle a quand même fait l’objet d’une couverture dans les médias américains.


Encourager les médecins et dermatologues à conscientiser leurs patientes afro-américaines aux risques associés à ce types de coiffures, lorsqu’elles sont portées trop fréquemment ou de façon inadéquate.Les alopécies de tractions touchent surtout les tempes et affectent les racines des cheveux. Elles peuvent être irréversibles, mais on peut tout à fait les prévenir. Et sur les cheveux défrisés, le risque d’alopécie est encore plus grand.

1/3 des femmes afro-américaines touchées

Ce qui me surprend, c’est d’apprendre qu’un tiers des Afro-Américaines souffrent d’alopécies et de chutes de cheveux irréversibles. C’est énorme! Je ne peux évidemment pas estimer ce qu’il en est pour les autres pays où il y a des populations noires, mais si les chiffres étaient similaires, on pourrait se poser de sérieuses questions.

Pourquoi tant d’entre nous ressentent encore le besoin de rajouter des cheveux à ce que nous avons déjà sur la tête, au point de souffrir? Certes, changer de tête est très amusant, et je suis la première à dire qu’on devrait profiter du fait que nous pouvons tout faire avec des cheveux crépus. Et d’un point de vue historique et socioculturel, beaucoup de types de tresses et de coiffures avec des rajouts font partie de notre héritage.

Pas au détriment de nos propres cheveux

Tresses et rajouts, oui, mais de façon ponctuelle, pour changer de tête ou avoir un moment de répit dans notre routine capillaire, ou encore, pour faciliter la transition vers le naturel. Mais ça ne devrait pas être la coiffure que l’on porte 11 mois par année!

Comment éviter des alopécies de traction

Les coiffures trop serrées mettent une pression constante sur la racine des cheveux. Voici quelques trucs et astuces pour prévenir les alopécies de traction.

  • Éviter les tresses et rajouts très serrées à la racine des cheveux
  • Éviter les coiffures où les cheveux sont très tirés (chignons, queues de cheval)
  • Ne pas répéter souvent les mêmes coiffures avec des rajouts
  • Ne pas garder trop longtemps ses rajouts
  • Éviter de faire des coiffures avec des rajouts sur les enfants en bas âge
  • Garder ses follicules en bon état

Et vous, prenez-vous les précautions nécessaires lorsque vous faites des coiffures avec rajouts?
Avez-vous déjà souffert d’alopécie?

Shares

Contenu lié

Pin It on Pinterest